Dr Howdy – Être un bon pique assiette

« Tout est bon pour économiser un repas, petits fours et mini-pizzas »

Mes petits amis, vous m’excuserez si j’ai le teint quelque peu olivâtre et l’oeil jaune, mais hier soir j’étais à une de ces noubas à l’ambassade du Congo Belge ! Ah ils savent y faire pour donner une réception les gaillards, je peux vous assurer que moi et Mlle Alka-Setzer nous sommes copains comme cochons aujourd’hui.

Bref, de quoi voulais-je vous parler ? Ah oui, d’être un pique-assiette.

Sachez donc jeunes gens, que malgré les apparences, être pique-assiette n’est pas une activité honteuse, bien au contraire, non plus qu’une activité de basse extraction. Non, pour réussir à être un bon parasite mondain, il faut un bagage intellectuel non négligeable et un solide pécule. Tout l’intérêt de l’exercice réside dans le fait de briller en société dans un milieu qui n’est pas le vôtre, de réussir en somme à être un baroudeur des salons parisiens, un ethnologue de la noblesse. De plus le côté aventureux de l’exercice vous grise à peu de frais, car vous ne risquez que peu de choses à vous faire démasquer, si ce n’est éventuellement être pendu par les tripes à un réverbère, mais sapristi ! C’est comme cela que la vie vaut d’être vécue.

  1. Tout d’abord, il vous faut un personnage. Laissez votre véritable identité à la maison, la haute société n’a que faire d’un pauvre étudiant des Mines qui ne peut que s’offrir un 8m² avenue de Courcelles. Chipez l’identité d’une de vos connaissances par exemple, comme votre cousin reporter à l’Aurore, ou un de vos camarades à particule. Le mien étant cependant de vous créer de toute pièce pseudonyme et métier imaginaires, car vous courez le risque que quelqu’un connaisse votre cousin ou votre camarade. Dès lors, vous n’aurez comme option que la fuite ou le duel, mais les carrelages des salons Monceau sont bien traîtres.
  2. Prévoyez de bonnes et belles chaussures, s’il le faut, utilisez l’argenterie de grand-maman pour vous en procurez, elles seront l’artisan de votre gloire ou les coupables de votre défaite. Vous n’avez pas encore de Bentley ou de Rolls Phaeton, vous ne pouvez donc venir qu’à pied. Qui plus est, entre faire le pied de grue à l’entrée ou courir plusieurs soirées le même jour, vous allez avoir besoin d’excellentes semelles. Des bottines lustrées et du dernier chic sont qui plus est d’excellents passeports du bon goût.
  3. Pour ce qui est du reste de votre mise, faites le maximum pour avoir des habits propres, sans déchirures, bien repassés. Le mieux est encore d’être passe-partout : un complet noir, un uniforme de la police montée ou un costume de safari feront parfaitement l’affaire.
  4. Afin de forcer l’entrée des soirées que vous convoitez, et même que l’on vous déroule le tapis rouge (mais pas trop : une attention trop appuyée sur votre personne peut vous desservir) une seule règle en l’occurence : soyez sûr de votre fait. Que vous mentiez complètement ou à moitié, ayez de l’aplomb à l’instar de Cambronne sous les balles britanniques. Le plus simple est encore de rentrer en compagnie de quelqu’un qui possède une véritable invitation. Mais prenez garde, quel que soit le boniment que vous lui ayez servi afin de mettre la personne dans votre poche, votre devoir de gentilhomme vous impose de ne point l’abandonner sitôt entré. Mesurez bien les conséquences de votre choix, que ce soit un incorrigible bavard ou une vieille veuve, les implications peuvent être désastreuses.
  5. Une fois à l’intérieur, ne vous ruez pas de suite sur le buffet. Pareillement, au cours de la soirée, évitez l’ivresse et la goinfrerie. D’une part ce ne sont point des choses qui se font lorsqu’on est gentilhomme, qui plus est si vous êtes amené à être fin saoûl vous pourriez vous trahir. Et il est toujours malavisé de se réveiller dans une cellule du Quai des Orfèvres parce que vous avez tiré sur la perruque du préfet de la Seine.
  6. Profitez de votre présence pour lier connaissance, juste ce qu’il faut pour vous assurer que, si vous recroisez devant l’entrée d’une bamboula prochaine une des personnes avec qui vous vous liâtes, elle puisse vous permettre de rentrer à l’intérieur. Le pique-assiette est en recherche perpétuelle du grand cycle de l’invitation : à force de connaître tout le monde, vous finirez bien par réellement acquérir ce statut dont vous vous targuez injustement.
  7. Hélas mes agneaux, plus désagréable que de ne point trop forcer sur la bouteille, voici le conseil obligatoire : ne tentez pas de séduire une demoiselle. Vous êtes ici un véritable fraudeur, et si vous réussissiez à ramener dans votre mansarde une jeune fille de bonne société éblouie par votre faconde et votre prestance sociale, la chute s’avèrera rude. Vous pourriez y perdre non seulement votre réputation, mais aussi votre superbe, et l’aventure s’arrêterait tout bonnement ici. Picorez, butinez, mais ne concluez jamais.
  8. Point très important lorsque la soirée se termine ou que votre ennui commence à poindre : travaillez votre sortie, rendez-la inoubliable. Evanouissez-vous sur un bon mot, il faut que l’on vous regrette aussitôt parti. Echappez-vous par la fenêtre du balcon en saisissant une échelle de corde. Faites un solo de trompette en descendant l’escalier à reculons. Autant votre arrivée doit être discrète, autant votre départ doit être flamboyant. Attention : flamboyant ne veut pas dire inconvenant. Partir d’un gala en emportant en étendard le soutien-gorge de la marquise de V. comme je l’ai déjà vu faire n’est PAS conseillé.

Munis de ces quelques conseils, j’ose imaginer que vous ne serez pas dépourvus afin de survivre sans trop de mal à votre première incursion de pique-assiette dans les milieux huppés.

Pour plus de facilité, essayez de débuter par une soirée déguisée, ou masquée, vous prendrez ainsi en confiance.

Et qui sait, peut être qu’un bon jour nous nous croiserons en tant qu’intrus, et alors, je vous giflerai. Bon vent jeunes gens ! N’oubliez pas d’accorder vos cartables à vos chaussettes pour la semaine prochaine !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s