Dr Howdy – Survivre à un baby-sitting avec prestance

“Ferme-la ou je tue Mickey”

Mes jeunes élèves, je me doute qu’il y a peu encore vous fûtes jeunes et morveux. Le lait vous coulait alors du nez si l’on vous le pressait, et le duvet de votre lèvre supérieure vous causait plus de honte que de fierté. Nous avons tous à passer par là, et je gage qu’en ce moment, vous ne désirez pas vraiment retourner de sitôt à cet âge, en tout cas pas avant d’avoir fourragé le plus d’intimités féminines que vous le puissiez.

Hélas, la vie est une amante difficile, et votre configuration familiale ou amicale peut vous entraîner, un jour prochain, à devoir rendre service à votre cousine, votre tante, votre frère – ou mieux encore, une gredine avec laquelle vous espérez conclure. Ce service peut vous entraîner devoir, les mots me manquent tellement c’est bas, garder des enfants.

Entendons-nous bien : si jamais un jour prochain une obligation pareille devait vous échoire, sachez être ferme : acceptez la garde d’enfants, mais jamais d’adolescents. L’adolescent, pas si loin de votre âge, est déjà veule, fourbe, rapporteur et donc dangereux. Souvenez-vous de votre attitude à son âge : déjà vous extorquiez de l’argent à qui mieux mieux, vous sniffiez de la colle dans un sac Félix Potin, et vous saoûliez votre tante afin qu’elle vous montre ses fesses.

Non, je vous le dit tout net : éloignez-vous en comme de la peste. Les jeunes enfants sont malléables, corvéables à merci, et donc une cible privilégiée.

Quelques petites choses pour vous aider à vous en sortir :

  1. La première fois, faites vous désirer. A l’adulte qui vous demande ce service, ne dites pas oui tout de suite. Qu’il disperse votre légende auprès de ses marmots, que ceux-ci vous attendent haletants, complètement dépendants de la gloire et l’attrait dont votre connaissance vous aura paré auparavant : ils tomberont tout cuits dans votre main. Le parent est si angoissé qu’il aura forcément expliqué longuement à sa progéniture qu’une nouvelle personne vient le garder : à vous d’en tirer parti pour arriver en terrain conquis.
  2. Votre principal ennemi sera le temps : on peut avoir du mal à y croire, mais en compagnie d’enfants survoltés, le temps passe lentement. Très lentement. Très très lentement. Préparez vos armes plus soigneusement que votre trousse à triche la veille du certificat d’études. Vous savez un peu jongler ? Faire deux tours de cartes ? Faire de l’origami en serviettes ? N’hésitez pas à passer en revue tout et n’importe quoi, pourvu que ça brille et que ça puisse durer 20 minutes.
  3. Prévoyez des habits solides, prompts à affronter n’importe quel gros grain sur un chalutier au Cap Horn. L’enfant se salit, postillonne, transporte toute matière grasse et collante d’un endroit improbable à un autre par l’entremise de ses mimines. Vous allez passer quelques heures dans une zone de guerre, emportez au moins un slip propre.
  4. Une fois arrivé, identifiez directement les leaders et les suiveurs. Séparez les rapidement, ne serait ce qu’à table lors du goûter, et à l’aide de quelques phrases bien senties, aggravez les rapports de force en faveur du plus fort : se sentant flatté d’avoir votre attention, il fera vos quatre volontés, et vous pourrez par lui contrôler tout le groupe. Vous gagnerez ainsi de précieuses secondes pour répondre aux sms de vos amis qui se demandent pourquoi vous n’êtes pas encore arrivé au Baron.
  5. N’essayez surtout pas de les occuper en leur demandant ce qu’ils ont fait à l’école aujourd’hui ou s’ils ont des devoirs à faire : c’est du ressort de leurs parents, il savent pertinemment, et ne vous pardonnerons pas cet écart. Vous passerez pour un vieux barbon, et perdrez des points. Faites comme si demain n’existait pas et que vous étiez le type le plus sympathique de la planète. L’important n’étant pas que ce soit vrai, mais qu’ils vous croient suffisamment pour vous indiquer sans problème l’emplacement de l’armoire à liqueurs.
  6. Si vous ne vous sentez pas vraiment à la hauteur de la tâche, vous pouvez prévoir quelques somnifères réduits en poudre dans votre chevalière creuse. N’en usez que par petites quantités, il serait très dommageable que vous rendiez des enfants qui ne fonctionnent plus très bien à la fin de votre gardiennage. Mais quelques grains dans un verre de lait ne pourront pas faire de mal, et une petite sieste à cet âge est toujours réparatrice.
  7. Si vous gardez les chiards d’une jeune mère que vous souhaitez entreprendre, profitez en pour en apprendre le maximum sur sa vie amoureuse passée ou présente. Les enfants ne s’en rendront pas compte une fois que vous serez devenu leur super copain, et cela pourrait vous servir plus tard, outre l’aura paternel incroyable que vous aurez obtenue.
  8. Gardez à l’esprit que ces jeunes âmes sont sensées être la future élite de la nation : n’hésitez pas à saupoudrer votre discours de morales bien senties sur le bien-parler et le bien-paraître. Evitez les opinions politiques, vous pourriez avoir des ennuis avec les parents (n’oublions pas que les jeunes enfants sont de vraies petites pies).
  9. Une fois que les géniteurs seront rentrés et que vous devrez prendre congé, même si vous ne rêvez que de les jeter dans un trou plein de chaux vive, n’hésitez pas à verser une petite larme en présence des parents. Ils en seront fort attendris, et ainsi aurons bien plus de mal à croire ce que leurs chères têtes blondes pourraient leur apprendre sur votre compte. Il serait dommage que vous perdiez votre bonne réputation à cause de petites vipères de 6 ans.

Bien entendu, je pars ici du principe que vous soyez confrontés aux pires pestes que vos connaissances puissent engendrer. Il arrive parfois que l’on tombe sur des enfants charmants, intelligents et modestes – comme j’ai pu moi-même en engendrer, par exemple – qui soient un vrai plaisir à garder et d’une compagnie agréable pour regarder la rétrospective Tarkovski sur Arte. Quoiqu’il en soit, jeunes soudards, faites honneur à mes leçons !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :