Pénombre et frimas

MARS Nous emménageons. L'appartement nous plaît beaucoup. L'immeuble est un peu ancien, les espaces sont grands et blancs. Gros avantage : Nous n'avons aucun vis-à-vis, et aucun voisin direct, étant sous les toits. AVRIL Nous sommes toujours aussi contents, avec un léger bémol néanmoins : il faut faire des travaux. L'isolation ne serait pas aussi... Lire la Suite →

Publicités

Pollen de mai

Dimanche 6 mai 2012. 19h55. Devant sa télévision, Michel retient son souffle. Devant lui, sur la table basse du salon en teck, une boîte d'anti-histaminiques. Des mouchoirs. Un décontractant musculaire. De la Ventoline. Un gramme de cocaïne. Une seringue d'adrénaline. Un défibrillateur portable. 20h. François Hollande est élu président de la république avec une estimation... Lire la Suite →

Petit Samouraï

Un jour qu’ils étaient tous deux courbés, les pieds dans l’eau, à récolter le riz, le maître de Petit Samouraï se releva un moment, les mains posés sur ses hanches. Il regardait le ciel sans mot dire, les yeux plissés. Il faisait beau ce matin-là, et bien que le vent soit frais, il n’y avait... Lire la Suite →

L’olfaction

Jusqu'à ses douze ans, Jean-Baptiste ne se démarqua pas d'une manière particulière. Il était un gentil garçon, poli et bien élevé. Il n'était ni plus fort ni plus gros qu'un autre, ni plus intelligent. Il savait faire ses lacets tout seul, et faisait parfois la vaisselle. Il savait quand se taire, et obéissait à ses... Lire la Suite →

Le sang-froid de la bête

Le docteur arriva  peu après onze heures. L'état de santé aggravant du petit ne laissait rien présager de bon. Sa figure ressemblait à une courgette écrasée écrasée; et sa cage thoracique à une cage thoracique, mais moins bien que d'habitude. La grand-mère, usuellement silencieuse, tremblotait de tout partout, se balançant frénétiquement d'avant en arrière en... Lire la Suite →

JRPLS

Il y eut un grand tonnerre, que personne n'entendit; puis une grande lumière sur la Terre, que personne ne vit. Hors donc le Fils très aimé de notre tout-puissant Seigneur vint sur la Terre pour la deuxième fois, les mains ouvertes et le coeur tendu, ou le contraire je sais plus très bien j'étais bourré... Lire la Suite →

Chant de potence de deux larrons

La marée avait envahi le bitume du centre ville. Une pellicule d’eau stagnait sous nos chaussures noires... Nous prenions plaisir à jouer avec ces vaguelettes qui se formaient autour de nous. Puis nous nous en désintéressâmes. Johny, s’allumant une cigarette, me déclara qu’il avait entendu dire qu’une de ces fêtes débridées de la jeunesse était... Lire la Suite →

18 mars

Même à cette époque de l'année, la savane est suffocante. Partout le ciel et le soleil qui tape, qui brûle. Hier j'ai vu un grand lion traverser mon champ de vision. Il courait, utilisant toute sa puissance. Il dégageait une grande majesté, il courait droit devant lui et rien n'a entravé sa course. C'était peut-être... Lire la Suite →

Chênes Etranges

Elle souriait, se balançant lentement sur son siège. Un châle bigarré sur ses genoux, elle contemplait le soleil qui dorait la campagne et, au loin, la mer. La douce chaleur du soir la plongeait dans une semi-torpeur dont elle goûtait indéfiniment les délices. Laissant vagabonder son esprit, elle dénouait son imagination et se sentait rêver.... Lire la Suite →

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑