Sayagiri, l’auberge à matelots

Poutre poisseuse Salle obscure et moite Odeurs si fortes Joies et colères liées Se libèrent, liquides

Publicités

Martin Guerre

Comme chaque soir Après l'ouvrage J'attends mon bien-aimé Sur la colline En surplomb du carrefour Natte peignée, jupe lissée, Je suis belle Les mois et les larmes Après son départ Ont un peu fatigué mon visage Mais je sais qu'il me reconnaîtra Il sait mes fossettes Et mes taches de son Il sait mon ardeur... Lire la suite →

Ice Cream Truck

J'ai le sourire sur les genoux Le soleil tombe derrière les pins Et j'entends le grelot du glacier Mais ça ne me fait pas grand chose J'ai le rire coincé dans la nuque Assis sur le porche Je laisse les moustiques me bouffer J'essaie de ne pas penser au lac J'ai le souvenir fugace, la... Lire la suite →

Ketahni et Veorea

C’était le florerger, sur les prairilles au soleil décliant Ketahni la fraîtresse fée se tendressait rêvanescente Au pied du cerinivrant tout chorné de songermants Sa chevrile contre le tronc accoussu, elle était jamboyante Veorea l’arbagiègle nymphe qui des branches solectrices Obsinirait la fée, surgaisa d’entre les fleurs parfolies « quel est ce lézard vouif qui... Lire la suite →

L’allée

La chance d'un autre jour L'espoir d'une fin heureuse Mille bosquets fleuris Les mains croisées dans le dos Quand tu marches devant moi Je vacilles dans cet autre monde Où je ne suis pas moi Où tu es toute à moi Le cri des oiseaux derrière le bâtiment L'oubli des mots précieux Les rires dans... Lire la suite →

Un matin après tout

j'ai cru un bref instant un instant plein de gloire j'ai cru être invincible une étoile parmi les cieux seulement le ciel était déjà plein de mes semblables aussi brillants tout autant éclatants l'aube qui suivit fut magnifique nous étions tous au zénith astres immédiats, astres de toujours je suis revenu sur la terre un... Lire la suite →

Vint un jour

jusqu'ici je faisais ce que raison me dictait sans chercher à comprendre vivant le monde comme un théorème vint un jour plus brillant et plus noir que les autres où les serpents de la raison me firent défaut vint un jour plus sombre et pourtant, tellement nouveau où je me devins étranger et le monde... Lire la suite →

Le navire de cristal

avant que tu glisses dans l'inconscience j'aimerai avoir un autre baiser une autre chance éclair de bonheur un autre baiser, un autre baiser les jours sont vifs et pleins de peine entoure moi de ta pluie légère il était fou le temps où tu courais nous nous verrons encore, nous nous rencontrerons à nouveau dis... Lire la suite →

Foule

Je revois la foule en fête et en délire Et mon corps ballotté au milieu de tout ça, Je ressens encore en moi ce doux plaisir Qui monte à mon visage éclatant de joie ; Mais quelque part, un malaise prend naissance, Ces frottements, ces empressements, me mettent mal, Et je pense une seconde à défaillir,... Lire la suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑